14 juin 2024
25, rue de Ponthieu, 75008 Paris
À la une

Traitement contre la processionnaire du pin

Une campagne de lutte biologique contre la processionnaire du pin aura lieu dans plusieurs parcs et jardins qui seront temporairement fermés au public.

Quels sont les espaces verts concernés par cette campagne ?

Avec modification des horaires d’ouverture

Sous réserve de conditions météorologiques favorables, les parcs et jardins suivants seront traités :

  • Le parc Fontaine Lestang : fermeture le mardi 7 novembre toute la matinée et réouverture à 15h
  • Le jardin Bourrassol : fermeture le 8 novembre.

Sans modification des horaires d’ouverture

Les espaces verts suivants seront également traités mais resteront ouverts au public selon leurs horaires habituels :

  • Les parcs de la Maourine, Clairefont, Van Gogh, Paul Gaughin, Duhamel et l’impasse des vergers : le lundi 6 novembre.

Une méthode respectueuse de l’environnement

Pour lutter contre la processionnaire du pin, la Mairie utilise un ensemble de méthodes respectueuses de l’environnement parmi lesquelles l’enlèvement des cocons et le traitement biologique contre les chenilles. Un dispositif complémentaire à ces méthodes mécaniques et microbiologiques est utilisé ces jours-ci par la Mairie. 

Basée sur une stratégie de dispersion sexuelle qui empêche les papillons de se reproduire, la technique consiste à projeter à l’aide d’instruments comparables à ceux utilisés dans les jeux de paintball, des phéromones encapsulées dans des billes d’amidon (biodégradables) au sein de la couronne arbres.

L’air au sommet des pins se sature alors en phéromones femelles contribuant désorienter les possibles partenaires. L’absence de rencontre régule naturellement la descendance. Cette technique est sélective et n’atteint que la chenille processionnaire du pin.

Ce produit est naturel et totalement sans danger pour la population.

Une source de risques sanitaires avérés

La chenille processionnaire du pin est connue pour être responsable de nuisances sanitaires qui affectent les arbres, les hommes et les animaux.

Du fait de la libération dans l’air de poils urticants très allergènes, les chenilles provoquent notamment des problèmes cutanés (démangeaisons, œdèmes…), des atteintes oculaires ou encore respiratoires (crise d’asthme…).

Les animaux sont aussi exposés à des risques pour leur santé : nécrose de la langue, œdèmes des babines, vomissements ont été constatés chez plusieurs espèces.